Livbe Prno Mlhi Algiran

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Berthe s'estonnoit de ceste reserve, et luy demandoitce qu'ilen vouloit iaire. Tu dis fort bien, respondit Lanfranc; car, en ce faisant, il monstrera k son amie Berthe la galanterie de sa personne. Hee eat vera fratemitea Qui a son goust toot prestemenl. Ne va plus a la ville, et ne vueille delaisser ta mere: Dis, respond Tognazze, je te promets, je te jure, et feray mille sermens que je n'en diray rien a per- sonne. There is a third type of vessel known as a kli shlishi.

Les Cipadiens, et les plus braves d'enlr'eux, et jui avoyent jure une fraternite ensemble en leurs rible- ries, forcent Balde de faire serment de vouloir estre leur Roy, et prendre le gouvernement des compagnons, sans faire cas de leur vie, non plus que d'un oignon: Car, disoient-ils, quand il y a faute d'un Hoy, toutes affaires vont sans dessus dessoubs. Entre iceux, Balde en avoit trois priocipaux, esquels il se fioit le plus ; la race des- quels ne sera ennuyeux de niettre par escrit.

Pour son desjeuner, il mangeoit un veau ; quatre-vingts pains a grand 'peine pouvoyent remplir ses trippes: II brisoit avec ses doigts les vieux chesnes, coname les paysans Tail yerd et les porreaux: Son bouclier estoit le fond d'une grande chaudiere en la- quelle on brasse la biere, ou on fait boiiiilir le viti.

Son baston estoit plus grand qu'un mast de navire. Ses ayeux estoient descendus de Morgant, qui pour massue souloit porter un batail de cloche. L'autre coinp ignon de Balde '? Peu souvent disoit verite, et servoit de mau- vais guide sur les chemins aux passans ; car, quand on luy lemandoit le droictchemin, il enseignoit tout le rebours, vi faisoit tomber les passans entre les griffes de ses com- r agnons.

U depoiiille les autels des Eglises, et entre dedans la sacristie et re- vestiaire, et de Ik emporte le meilleur. II a vole, le larron, TEglise des Cordeliers. Crestophle les deux chandeliers, et une boette pleine de carolus. II ne laisse aucun fruict aux vergiers, ny aucuns choux aux jardins, ny aux poulalliers aucune poule, ou chappon: Or, pendant qu'il est en prison, pendant qu'on luy prepare une potence, pour y estre le lendemain matin pendu, il lime la nuict les bar- reaux, il rompt les pierres, perce la prison, sort dehors, et va crocheter antres boutiques.

Diray-je, mais en rccitint, cc que j'ay veu de mes propres yeux, il sembler. J'ay veu Falquet nay avec deux formes de corps. II avoit jusqucs au cul la forme d'homme, et de lii vers le bas ressembloit a un le- vrier. Je ne sgay, 6 lecteur mon amy, si tu comprens bien cette chose? Je le le diray plus clairement: Aussi estoit-il si legier a la course, qu'il attrapoit chevreuls, lievres, daims, cerfs.

Et par ce que ce gentil personnage estoit ainsi moitie ressemblant aux chiens de Slolosse, les Roys, les Papes, et les grands Seigneurs luy vouloyent donuer en leur court les premieres places: Durant tel temps, Balde devint amoureux d'une belle et plaisante fille nommee Berthe: MprguUc est d'aillciirs un franc vaurien donl le caractere a fouiiii a Habelai. II so vanlc lui-inOmc de ses vices; il en fail avec complaisance la tros-inolixe enuniora- lion; il les a lous, il a fail ses preuvcs el il est prela les rccoui- menccr.

C'esl un librc pcnseur ct un epicurien drcide; Morgaul lui demandc s'il est chrclien ou sarrasin, s'il croil en Jesus-Christ ou en Mahomet, el Margulte respond: Ma sopra tullo nel buon vino ho fede E credo che sia salvo clii gli crede. Gependant ZambcUe avoit atteint une bonne aage. Ge Zambelle avoit Tesprit plus rond qu'une boule, et aussi aigu que le pilon dont on pile Tail pour faire Taillee.

Pendant que Balde comme un magnifique vouloit avoir k sa table des chevreaux, des cailles prinses avec Tespervier, et des faisans prins avec Tautour ; Zambelle ne mange que de Tail, et k peine quelques ciboules et oignonSy et quelquefois' est bien tier de lescher les es- cuelles. Eniin, plein d'impatience, s'escrieen disant: Quelle plus grande disgrace me scauroit arri- ver, quand je reciteray ces miennes tristesses que j'ay au coeur?

Et bien, ce bourreau et ribaud me brisera Tes- chine: Je trouxeray enfin, qui me tirera du tout hors de tant d'ennuis; et qui me fera sortir de tant de miseres et calamitez. Gertes, croy moy, on no trouve personne qui veuillo s'efforcer centre des tyrans. Tu trouveras un gibet; qui sera veri- tablement la fin de tesdouleurs. Ha, chacun me chasse!

Je n'ay pas une pauvre coiffe pour couvrir la tigne de ma teste, et mes fesses sent toutes nues, u'ayant une mcschante braye pour les couvrir. Je n'ay pas seulement des guestres pour cacher mes jambes ; mes orteils passent k travers mes meschans souliers. Je suis au peuple comme un vomis- semeut: II n'y a faute de personnes, qui comme sages et advisez donnent conseil aux autres ; mais je ne vois point qu'au- cun m'en veuille secourir.

Tous sont medecins; mais chacun rae denie sa medecine. Tous sont compagnons, mais leur escuelle ne m'est compagne. Je suis riche, personne ne veut exposer sa vie pour moy: Ce Tognazze est un vieillard pere de la patrie, nay entierement pour chastier les desbauchez de Cipade.

II avoit est6 plusieurs fois Consul et Dictateur de Cipade: Quiconque desiroit avoir un conseil de Caton, alloit incontinent trouver Tognazze. II portoit un bonnet, lequel on appelle un bonnet de tailloir, du repli duquel pendoient force papiers. C'est le propre a un Consvd de porter quantite de tels petits billetz, par le moyen desquels on s'asseure qu'il y a du sgavoir, et de la prudence en la teste de celuy qui les porte.

Au dessoubs de ce bonnet, pendent les oreilles de Tognazze, de Tordure desquelles on eust emply plus d'une poisle. Le vent souflant luy decouvroit le cul. K la ceinture il portoit un petit cousteau a demie gaine, avec lequel quelquefois il escorchoit des anguilles, ou escorchoit des grenoiiilles.

Aucunefois il tenoit ses mains cachees en ses brayes, et c'estoit quand il faisoit froid, les eschauffant par ce moyen. Jete voy tout maigre, tout chetif! II est temps que tu lasches la besongne, ou est la besace? J 'ay grand honte de le dire k vous autres messieurs.

Je vous prie conseillez-moy, diray-je? Maccaron, Maccaron, quelle folie t'a prins? Ce n'est point la coustume de donner conseil aux pauvres sans salaire. Mais neantmoins dis-moy ce que tu veux. Dis- moy, moD Zambelle: Ne sgais- tu pas bien comme nos amitiez sont noiiees ensemble? Je ne parle point de moy ; car je suis battu et rebattu de ses folies, et centre les coups j'ay affermi les costes, et Tes- j ine de mes reins.

Et combien que ce breneux Ik batte et assomme plusieurs du simple peuple, et qu'il taille et couppe ainsi un chacun, je te dy que je n' estime point telle gens un champignon. Or, si je n'y puis mettre la maib, je les chargeray de parolles: Iceuxse couvrent de bonnets, auxquels ils attachenl des hautes plumes qu'ils font trembler au vent pour faire peur aux mouches, et les font pendre sur Toeil gauche ou droict.

Mais cependant ils n'ont morceau de pain pour manger en leur maison: Et de Ik naissent ces mots de braveries qui se font reten- tir par tout: Je les laisse mainte- nant Ik en arriere k Tescart: Ce n'est point fables ce que je te dis. Je vous veux demander seulementune chose, touchant ce qu'il me fait tous les jours, qui est assez pour faire mourir de faim des petits enfans.

Je suis tousjours attache k ma marre, et comme font les enfans je fais paistre nostre tmye, je file: Berthe tire tout pour soy et pour ses enfans. Quand je reviens k la maison, les bras pendans de lassitude, pensant prendre quelque chose pour mon scupper, on me donne le bon soir avec un fort hasten noiiailleux: Voila ma viande ; voila le soupper qu'on m'appreste, et n'ay point de cognoissance d'autre chair.

Secourez-moy, je demeureray tous- jours vostre esclave, et je desrobberay quelque petit fro- mage et quelque coing de beurre, pour vous en faire pre- sent. Laisse-moy seulement pour cet heure cest enrage; je feray que tu ne seras plus a I'advenir si tourmente de ce voleur. Ainsi Tognazze s'en- court comme furieux k la ville, montant droit au Palais, se presente devant le Podestat, et Idi par bons argumens, et par le point de raison, et par plusieurs tesmoings, prouve, que Ralde est celuy, qui de droict, froid ou chaud, doit estre pendu.

Gependant Zambelle tous les jours traraille avec sa trenche, sans pain et sans vin, et, ne mangeant rien, se laisse manger aux poux. Alors Gaiofl'e, qui estoit le Preteur et Podestat, assemble les plus sages. Ge Gaioife estoit un vray tyran de peuple. II avoit eu une fois et songe une telle vision: Ge GaiofFe, ayantpeur de perdre son authorite, imitant le vieil renard pele, controuvemille finesses, milie meschancetez, ramasse des occasions, suppose de faux tesmoings: Cesle occasion se presentant encor, GaiofTe assemble le Conseil, pensant bien faire mourir Balde.

Toute la troupe des Praticiens et Senateurs de Cipade s'assemble au Senat. Lk sc sied ce Juge k la face severe, ay ant tousjours soif du sang de quelque innocent. II n'y a point huXe autour de luy d'accusateurs, ny de maoquereaus, ny de flatteurs, ny de plaisanteurs ; et avec telles gens est meslee la discorde, remplissant les oreilles de Gaiofife de mille mrateries avec ses cent langues.

Aprte que tous ces iUustres Senateurs eurent prins place, on fait retirer la canaille, et fait-on fermer les portes. Ce riband abuserail ainsi de ma bontd? Nostre patience, o peres, a fait que ce ribaud est le plus grand voleur, qui se puisse trouver. La gravite de vos personnes, ny ma majesty, ne le peuvent dimouvoir, ny les gardes de nuict, ny les ar- chers, ny les sergens, ny mille diables le peuvent eston- ner, tant est grande la hardiesse de ce larron.

Ne con- noist-il point que ses raeurtres sont tous manifestes au ciel, k la terre, et k Tenfer? II a a sa devotion toute Ci- pade, qui a tousjours esU la retraicte des meurtriers, afin qu'il puisse assommer mes citoyens, et mon peuple. C'est, dis-je, un peuple, qui est nay pour destruire notre ville: Qui est, jc vous prie, mis en quartiers par Tordonnance de nostre chaire?

N'est-ce pas des compagnons de Balde? N'est-ce pas cette race maudite de Cipade? En icelle on tient eschole pour apprendre k desrober, et la charge des escholiers est donnee k Balde. II existe uu op6ra bouffon de Casti, fort original; Ciceron en est le h6ros, la conjuration de Catilina le sujct. Cette piece est fort amusante ; la grande aria buff a du rdle de Ciceron est la compo- sition de sa celebre harangue conlre le conspirateur.

Le s6nat est assemble ; on fait silence, apres que les peres conscrits ont chante tous ensemble: Or cominci I'orazione Marco Tullio Cicerone. Leurs barbes sent tousjours sales, et saulpou- drees de leur poudre a canon. Au siflet de leurs compagnons ils entendent soudain que le marchant est pres, lequel il faut voler; et, le mettant en blanc voire jusques k la che- mise, le laissent sur la place.

Balde commande a telles gens: Si Balde n'estoitau monde, que craindroit le marchant? II faut, o peres, prendre garde au chef, lequel doit estre rabbattu par Tespee de raison. Les membres n'ont plus de valeur, quand on oste la teste de dessus les espaules. Goupez la teste du serpent, il ne se lancera plus contre vous. Tons les assistans murmurent ensemble, pour le moins ceux qui estoient ennemis formez de Bdde, et ceux aussi qui avoient est6 esmeus par les paroles du Presteur: Quoy, seigneur Podestat, que peut-on jamais esperer d'un larron, que des pertes, des mines, des voleries, et des homicides?

U faut pendre ces larrons. Iceluy, considerant qu'un chacun jettoit sa veiie sur luy, se retient un peu, et puis, se tenant debout de son siege, commence ainsi k parler: Pour ceste cause, afm que la faute, que je commettrois en me taisant, ne tourmente ma con- science, je diray cecy avec raison: Ainsi seroit de Balde, lequel est venu d'une tres-noble lignee.

Mais j 'en voy plusieurs de vous autres secoiier la teste, et tourner le nez de coste. Je ne veux point jetter davantage mes paroles au vent. Je n'ay point, faute de courage Je le confesse: Or reposons-nous un peu, ma Gose, a? La, chacun prestant le seiment de ne rien reveler de ce qui seroit resolu par en- tr'eux, la conclusion futde prendre ce Balde, si on pent, par force, ou par quelque ruse el finesse, lis n'y veulent employer la haude des Sergens Prevostaires: Ce Preteur, ou ce Roy, Gaioffe mande promptement vers luy un Appariteur, ou Sergent du Palais, du nombre de ceux, qui pour un liard presenteroyent le dos k endurer bastonnades et estafila- des.

Cet appariteur, qui se nommoit Spingard, s'accomraode Butierement en forme de courrier, prend un chappeau 5ur sa teste, un foiiet en la main, et met sur ses espaules un petit gaban brod6 de crotte. A son coste droit pend un cornet, et au gauche aMne escarcelle ou faulconniere; et, estant monte sur sa maigre jument, galloppe en dili- gence. Resvant toutesfois sou vent, ce pauvre malotru, au lieu ou il alloit, se retient quelquefois, et uon sans trem- bler de peur: Cependant il Tadvlse de loing, tenant pour lors d'a venture avec la laisse son chien nomme Lasse, et ayant des bracques et autrcs petits chiens autourde luy.

Avec iceux, accompa- gne de Falquet, Cingar, et autres; tantost prenoit le lievre, tantost donnoit la chasse au renard, et autrefois embrochoit des tessons. Spingard Tapercevant, soudain sa peur se redoubla avec une telle frayeur, qu'il lascha sans remede en ses chausses tout ce qu'il avoit en ses boyaux. Toutesfois il s'encourage, donnant de Tesperon k sa jument.

Cin- gar, d'autrepart, dresse ses esprits, pour enlever sa mon- ture. II a quatre-vingtz enseignes en son armee. Si Dieu ne destoume ce maFheur, peut-estre que dans trois jours nous serons mis a sac. Nous avons as- semble le Gonseil,avons resolu de prendre les armcs, et nous Yous avons esleu pour Gapitaine.

Sordelle vous a clioisi et nomme pour une telle donduite, et pour advi- ser a tout, soit j our fournir les murailles de canons et bombardes, de lever de gros bastions, de faire tranchecs ' L'Escale signifie La Scala, famille puissante qui gouvema Verone pendant pros de deux slides.

Partant, incontinent aprfes avoir veu la presente, venez nous trouver, mais seul, et ne declarez a aucun ce faict. Cingar, plus ruse qu'aucun fin renard, y pense soudain de la tromperie, et regardant attenti? Quefailron maintenant en la ville?

On canonne incessamment le chasteau de Goiti S comme vous pouvez peut-estre avoir oui ce matin le redoublement du bruit des canons. Goiti ou Goito, bourg sur la rive droite du Mincio, k vingt kilo- metres de Mantoue. Salvi ou Sale, petite ville sur Ic bord occideotal du lacde Garda, au fond du golfc du mSme nom. Desenzan ou Dezensano, petite ville sur la rive sud-ouest du lac de Garda, dans la province de Brescia.

Tout le paysd'allentour,monts, palus, lacz,sont couverts d'armes. Sirmie se couche contre terre, comme la caiUe, quand elle entend les sonnettes de Tespervier. Et com- bien que ceste Isle soit environnee de plusieurs rochers ; neantmoins la peur breneuse Ta rendue faitneante et de nulle valeur.

Ceux de Desenzan de Revoltelle n'ont aussi aucunement tire; et dc mesme Pesquiere, d'oili sourd et vient le fleuve de Mince Mantouan. L'artillerie de la for- teresse de Monicque slest contenue en sa rouille. Paden- ghe u'a voulu venir aux mains avec telles gens. Les mu- railles de la ville ancienne de Lonat ont tremble de peur; mais Solpharin, situe sur une haute montagne, trop audacieux en ses injures, voulant s'opposer aux ennemis, s'cn est repenti, et en a porte la peine cruellement: La gentille Gapriane a fait un beau traict, pour se garentir ; car elle envoya trente barils de bon vin pour enyvrer ces Alemans: Allonstoutde ce pas a la viile.

Tu te tiendras-lk, toy, et toy, icy, et cestui-cy en ce lieu, et un autre en cet endroit? II marcboit seul, n'estant accompagne que d'un lacquais. La ordinairement se fait un bruit et murmure qui estonne les oreilles, et les fait deTenir sourdes.

Gar en icelle se traitent toutes les affaires des habitans et d'autres. II y a bien trois cens bancs, qui sent k des pro- cureurs, lesquels ne font que barboiiiller le papier a? Le siege du Juge est entoure de tels marchands. Les plaideurs, avec leurs crieries, font esclatter le plancher.

Sans aucun respect, ils se disent mille vilenies: Ces paysans, lais- sansleurmarre h la maison, s'en vicnnent au matin en la place ayec leurs adjourncmens ou libelles. Baldc, estant en ce lieu ct rcpresentant la personne couragcuse de Renaud, fait bianler tout le Palais.

Pas- sant par la ville, il Tavoit vcue quasi remplie de grand nombre de soldats. Ila, combien les trabisons ap- portent de nuisance et de donunage k un maistre et braie gucrrier! Ainsi le lion, qui de sa deint des- chire sangliers et ours, est quelquesfois tu4 par la dent d'une belette. II y avoit un soldat cach6 derriere un gros pillier, ct, ayant tousjours Tceil sur Balde, se contcnoit le plus qu'il pouvoit.

Lc Prestcur Gaioffe avait ourdi ceste trame, ctpour icelle avoit accordek ce soldat une grande cduppe pour boire. Iccluy, ayant veu Balde passer la porte, lc suyvit pas k pas, sans faire aucun semblant, et sans bruit, comuie fait la nuit le larron avec ses soulien semelez de fcutre. II marchoit sur le bout des pieds; pas- sant k costd gauche de Balde, il advise soudain la garde de sou esp4e estredescouverte, et s'advancer un peu, i pour estre saisie.

Ge compagnon ragraffe, aussi 80udain que le chat grippe la souris avec ses ongles, et la tire hors du fourreau. Mais la fortune d'un traistre est tous- jours brefve, et Theur d'un meschaut ne dure gueres; car cet homme saisi d'un si bon gage et s'encourant bien visle avec iceluy, pendant qu'il pense estre jk sau? Mais, toutesfois, peu profita h Balde la mort de cestui-cy, car, en ie perdant, il perdit aussi son espee.

Alors un petit sergenteau se presente devant luy et ose assaillir ce brave guerrier ; mais Balde, sautant en arriere et puis s'advangant, luy donna si grand coup sur Toreille, qu'il luy feit tomber de la bouche toutes les dents, et le jetta du coup si rudement centre bas, qu'il se rompit la teste sur le pave. Soudain toute ceste ca- naille s'esleva, et les embusches se descouvrirent, la ruse fut toute notoire ; on s'escrie de toutes parts: De- meure, pendart, demeure I car nous te voulons enchaisner conuneun larron.

Le pauvre Balde se. Tognazze ap- proche le premier avec sa daguasse, et assaut aussi le premier de sa bande Balde, s'escriant: Veux-tu encor icy braver, meschante beste? Rends-toy k moy, sinon je te tire une estocade. Mais le Preteur le vouloit avoir vif entre ses mains, afin de le tourmenter par cent sortes de morts soubs la tour de Predelle.

Tog- nazze s'escrie Serechef: Balde, avec son has- ten, la destourne. L'autre redouble ses taillades et revere. Ce que voyant, Tognazze soudain tourne le dos, et Balde luy gratte k bon escient sa bosse avec son baston. Tognazze, en fuyant, crie lant qu'il peut: De ceste cheute, Tognazze eut la maistresse coste de sa poitrine rom- pue.

II luy regtoit pea d'espe- rance de pouvoir eschapper. C'est le pro- pre k un larron d'avoir le col attache k un gibet: Voicy Balde, qui, en se combattant courageusement, a le corps perce en beaucoup de lieux de coups d'espee et de longs hois, le sang coulant de son corps comme fait Teau d'une fontaine. L'haleine commengoit k abandon- ner sa force, comme une chandelle s'csteint estant le suif consomme jusques au bout.

Toutefois, maniant encor' son tribal, abbatoit tousjours quelqu'un par terre, et sur les morts en faisoit culbuter d'autres prests k mourir. Ge fust 'jf [lose merveilleuse, comme, durant un si grand tra- j! Mais, comme une J , pour estre trop longuemont tendue, se rompt, ainsi I ibal ne pent plus donner , ny supporter lant de coups.

Le Preteur jsieurs de la compagnie des Senateurs encouragent ergens: Poele, es-lu devenne si folic, et si grossiere? As-tu peu voir que Balde, Thonneur de toute chevalerie, I'estendard de Mars, fut ainsi par les tiens lie, et enchaisnd, et qu'en eux on ne veld aucune piti6?

Combien est k estimer le haraz de ses cbevaux! Rome le sgait, aussi fait Florence, Parme, Boulongne et plusieurs autres vilies, qui ordonnent un prix aux plus braves coureurs. Nostre ville do Mantoue produira lors de grands guerriers ; foumira d'autres Rolands, et d'autres personnes aussi sages et prudentes que Gaton. La famille basse de mes Goccaies se relevera en icelle: Mais que faut-il dire davantage?

Quant k moy, jc ne doute que la renommee ne me porte par tout Tuni- vers, et la grande Gipade croistra et s'augmentera pour son Goccaie: Gose, reviensl oil tires-tu ainsi enyvrte sans moy? Voicyle temps Tenu, auquel il faut que tu payes ton escot, et que tu estendes le col soubs un gibet. Un chacun commeuQa a s'escla- ter derire, voyant ce vieillard bossu, et tout crave, se pre- senter, conune Ton void, quand on represente une come- die, ou, pour un entremets, on represente quelque chose pour faire rire le peuple.

Iceluy de sa chemise pendante s'essuye le visage, et s'accostant de la muraille, frotte contra icelle son eschine, ainsi que fait un asne. II ne veut point encore approcher de Balde, ayant peur, que nonobstant qu'il soit bien li6, il revisite encore ses es- paules. Monsieur le Preteur commando de donner les manottes et les fers aux pieds et aux mains de Balde, et de le mettre au fonds de la grosse tour, lequel enfm, te- nant la veue basse, est men6 ainsi enchaisne, et k Ten- tour de luy le suivent de pres une grande multitude d'hommes armez, et embastonnez, n'estans asseurez que la capture d'un si grand et vertueux personnage n'es- meut entierement toute la ville de Gipade, et tous les habitans de Burbasse, et le peuple de Garolde ; et ce qui est davantage, c'est qu'ils estoient en grand doubte de la puissance de Fracasse, qui commando k toute la cam- pagne de Pollette.

On reclust Balde au fonds de la terre soubs le cul du Diable, et ne luy ottroye-on point une seule dragme de jour, ou de lumiere, et la detresse de la prison est telle, que ce n'est point prison, mais la vraye forme d'un puanl sepulchre. En icelle il n'a autre com- pagnie que de vers, de souris, de crapaults, et de scor-.

Ja, Valtropie, avec sa grosse gorge, rappelle ma Muse. Elle m'a assez deparli de ses fleurs, et ma panse a con- somme 5 bon escient beaucoup de ses tnites. Nous sommes venus k la fin de la mangeaille. Tout se gouverne avec le ventre plein. Vous autres, leschez les escuelles!

R voicy Gomine, qui se presente pour vous declarer une entreprinse menreilleuse, et vient donner secours et aide a 8on Merlin. Gommencez k reciter les larrecins, les vole- ries, les piperies, et toutes sortes de tromperies de Cingar, et les dechifrez au long k toute la compagnie. Chaute; et, pendant que tu chanleras les subti- litez de Gingar, embouchant ma sourdine, et soufflant en icelle, je sonneray tire lire lire liret.

Fracasse, nemusant aucunement, s'avance dialler en la ville, esperant iirer fialde hors de prison, ou de b riser toute la ville avec son grand tribal: Fais plustost ce que la raison te conseille: Ne te fasche, Frar casse, de te ranger k nostre advis, lequel n'est fonde que sur une bonne raison. Prens avec toy pour compagnons deux de nos Gipadiens, que tu cognois ne pouvoir estre mattez par aucune peur: Et si d'a venture ils veulent que vous reniez cresme et baptesme, pourquoy non?

JI5 vengions pour nostre compagnon el Capitaine. Cepen- dant, par force, ou par ruse, je tireray hors Balde, et n'en fais aucun doute: Ce Tognazze enleve Zambelle, et le meine avec soy en la ville de Mantoue, luy remonstrant, par le chemin, qu'il se doit h present tenir joyeux, et as- seurd centre celuy, lequel il rendra en peu d'heure escar- tele, et duquel il luy fera manger le foye.

Puis, il luy en- seigne, en forme de Pedant et de Magister, quelle reverence et inclinabos il devra faire, et de quels mots il usera en parlant devant ces sages Messers ; il Padvertit de tenir son nez bien mouche, de n'estre si hardy de gratter sa teste pour en chasser ses poulx. Zambelle n'avoit jamais veu de ville si rempliede bruit, combien que Cipade ne soit gueres esloignee de Mantoue, et partant il luy sembloit voir tout le monde, conside- rant de loing tant de monceaux de maisons.

Mais Tognazze, le prenant par la ceinture, Tattiroit au-dedans, comme on tire un veau, quand il ne veut entrer k Tes- corcherie. Le peuple s'approche de luy, pensant que ce fut un fol. Ace queje voy, il te faut conduire, comme on meine un ours k JModene. S'acheminant toutesfois marchoit k petit pas, allant gk et la, ainsi qu'on void aller une beste foUe.

N'as-tu jamais veu telleschoses? Ho, Tognazze, je vous prie, laissez-moy un peu veoir tant de belles maisons: Pourquoy, Tog- nazze, ne m'y avez-vous meneplustost? L'autre crie plus fort, et hausse encore plus haut son doigt, et dit: Penses-tu, sot, estre au milieu d'un bois? Zambelle, arrivant devant le Podestat, appresta sou- dain et de loing k rire k tous les assistans ; car il estoit tout basti pour cet effect.

II avoit I'entendement tout lourd; il estoit hal4 du soleil, et demy cuict, ayant la couleur noire, tout deschire, ses habillemens renouez, et sembloit n'avoir jamais dormi ailleurs que sur le fbin: Aussi, estoit-il teigneux, et a? Va, or sus, maraut, advances-toy plus avant, va Ik! As-'tu si- tost oublie ce que t'ay apprins ce matin?

Alors fut encore plus inanifeste la sottise de Tognazze. Vous-mesme pensez si la risee n'en fut pas grande, chacun se bouchant le net k belles mains? Tognazze excuse Fautre, et allegue que ce bruit, qu ils ont prins pour un pet, n'est venu que de la rupture de la boucle de sa ceinture. Zambelle nuUement exerce en tel art, pendant qu'il veut mettre k effect les enseignemeiis de son precepteur, il fait une reverence si bdle, et si legiere, qu'avec lo ge- nouil il rompt une des marches, et estendant la main, le Podebtatla prenant, luy dit: Et la plus grande louange qu'on luy donnoit estoit qu'en dis- coarant de son faict, il sautoit souvent, comme un subtil docteur du coq k Tasne, et quand il deschiffroit ses plaintee poor les mesdiaJicetez de Balde, il entremesloit souveat HisTOiKH naccaroniqul:.

Etcom- bienque sespropos fussent obscurs, neantmoins la grande prudence de Gaioffe entendoit bien tout. Tognazzelebossu, ne voulant roinettre ce negoce, prend incontinent une grande bande de Sergens ; et, par Tor- donnance du Senat et commandement du Podestat, s'a- cbemine vers Cipade, pour mettre k sac toutes Ics maisons d'icelle, qui estoyent k la devotion de Balde.

II ne I'i- gnore pas. Toutesfois il se presente devant les Sergens, et devant Tognazze. II jure, et fait de grands sermons, et dit n'avoir jamais eu compagnie avec ce larron de Balde, et, tant qu'il peut, se feint estre amy de Tognazze. Enfin la Tille de Gipade pillee et mise k sac, tous ces Sergens s'en revont k la ville de Mantoue, chargez de butin, empor- tans sur leur dos plusieurs hardes, et touchans doTant eax quantity de bestial.

Mais Cingar ne la Teut ainsi delaisser mal-heureuse, ayant si peu deqnoy se sustenter, de pear que, se tenant sur un siege, commeon expose la marchan- dise, de laquelle on espere tirer du proffit, elle tint bou- ticque ouverte, si Cingar, par bon conseil et par effect, ne la secouroit.

Icelle allaictoit deux fils gemeaux en la maison de son pere, et filoit, et gaignoit sa despense. Toicy la tempeste, 6 pauvre diable, qui te va porter une ruinu toutc evidente! De la main droite, elle tient haut eslevde sa quenouiile bruslante, et de I'autre, pendant qu'elle court, tasche k attrapper Berthe paries cheveux, lesquels pendoyentcou tre has, ayant perdu sa coiffe, qui estoit tombee ; ou bien par la robbe que le vent faisoit Toletter.

Mais ce ne fut pas pour neant; car Lene fourra en ceste eclypse tt quenouiile trdoite. Berthe d'un saut se lance par-dessus, et se joint k Lene. Berthe et Lene se secouoient de mesme. Le vieillard Jambon les reconcilia pour lors avec une paix dechien. Tognazze y vint aussi.

Mais Tognazze le reprint, et en le reprenant, luy dit: Quel bonneur y acquererions-nous? Ge n'est pas aux hommes de buffeter les femmes. La femme n'est que peine, Et beau renom n'amcine: Tant plus que dro- leras ses espaules et son eschine avec un lourd baston, tant plus elie vomira contre toy d'injiires et de vilenies. Elle a une teste de bronze, et si dure, que toute Tartillerie du chasteau de Milan, toute celle qu'a le Due de Ferrare d'un coste et trautre, ne scauroyent esbranler un seul petit poil de sou nez.

Icelle, aristote- lizant en sa caboche k tort et k travcrs, veut que son advis soit receu. Mais k quoy approjcherje la lumiere d'une chandelle au Soleil? Dis-nous, je te prie, avec quels liens la mort i'a tirde k soy: Ne t'ennuyes done point, Gingar, de nous dire le tout, pendant que ce jour de feste nous donne repos. Commences, et toy, Jambon, assiez-toy, je te prie, et tons vous autres soyez assis.

Cite, se tient un peu en cervelle, et pense quelque stratageme, aveclequel il pent prendre au piege Tognazze, comme au glu on aitrappe I oye sauvage. Car, par telles flateries, il veut pipper ce fol de vieiUard. Berthe, remarquant toutes les ruses de Gin- gar, et laquelle u'estoit pas moins que luy pleine de trom- peries, se toume "vers Tognazze, et parle ainsidoucemeni a luy: Et si Cipade est maintenue en pied par le con- seil de Tognazze; par le mesine conseil, elle pourroit aussi entierement se perdre.

Toutesfois, vostre reverence se trompe en cela, en ce que vous donnez si rudement sur la race des femmes. Vous qui estes le grand Conseiiler, vous qui estes le Roy, vous qui estes le Pape de Cipade, en la main duquel on laisse la bride d'un si grand cheval, oeste mauvaise opinion que vous avez de nous, renverse- elle ainsi vostre cerveau? L'estable ne seroit-elle pas sans asnes, et sans pores?

L'honmie n'endure point les apprehensions de la mort en aocouchant: Si la femme fault quelquefois, et tombe k la ren- verse, quelle merveille? Un boeuf, on asne, ny toute autre beste sans entendement, ne voudroit faire pour mille picotins d'a- toine ce pie Hmnme fiut. Paraiy eux y trouTe-t-on une seule femme?

Sll y en a aucanes, vous les pourrez done compter du nez, et non de laboudie. Quand elle oit un mendiant frapper h sa porte, ou un pauvre giieux demandant un petit morceau de pain, elle ne luy dit point: Pendant quVlle fiiit le lict, elle fait boOillir le pot, berce Tenfant, donne la mamelle k un autre, au plus grandet elle donne une crouftB de pain k ronger: Ainsi, quand il est be- soing, je depesche niille besongncs; si le pot bout trop tori, je retire du feu les tisons, je mets la saveur an pot; jj'appaise mon enfunt en luy donnant k teter et lave ses dirappeaux breneux: Voyla les oeuvrcs d'une bonne femme.

Qui laveroit, et nettoieroit tos or- dures? Ne blasmez done plus, 6 Tognazze, nostre race. Gar, depuis que nous enterrasmes Bertoline vostre femme, qui vous servit long- temps, il n'y a plus personne, qui vous face beau, coinct, et joly. Gertes elle eust abbreuve mille brebis en une demye heure. Elle sgavoit fort dextrement composer des gogues, des tourtes, des tartes, des crespes, de la bouiilie.

Je ne perdray jamais la memoire, taut que seray en vie, de sa luysante peau, et de ses doigts polis: Quand il m'en ressouvient, je me sens au dedans toutrompu. Prens-cn une autre jeune, mon bon homme, qui te puisse eschauffer? Ne doute point que tu n'en trouves. Nous de- nieurons tous deux en un endroit ou il y a abondanoe de tel bestial: Voicy Gose, qui a prepare le gouster pour toy et pour inoy.

U feint de se rendre ami k Tognazze, avec line ruse de renard: Et cecy dit, il arreste un peusa paroUe, puis. Geste affaire n'est pas de petite im- portance, et la faut tenir sous ie noeud de confession. Jure-moy que le diable te puisse emporter, si tu fais k autruy quelque moindre demonstration que ce soit de ceste affaire?

Dis, respond Tognazze, je te promets, je te jure, et feray mille sermens que je n'en diray rien a per- sonne. A quel propos cecy, me direz-vous? Mais toutesfois, k cause que ce que je vous Teux dire n? Elle vous appelle tous- JQurs, elle ne pense qu'k vous, tousjours soupirc, se plaint contre son estomach, et a grand' peur qu'en vous mon- trant ingrat, vous refusiez son coeur.

Et Tennuy se redouble si fort en elle, et abreuve tellement ses nerfs, que vous diriez: Puis, cm- brassant trois fois Cingar, et trois fois le baisant, luy dit: Ma Berthe me desire-elle pour mari? Si icellc me veut parangoniier h aucun, elle confesscra que Balde n'est qu'un poltron, qu'un faitneant, et homme de peu: Que d'ailleurs, Cingar mon amy, ma Ber- thole ne pense point h ma petite bossc, et k ma teste, qui a des polls blancs: Je suis beau, riche, je suis pru- dent ei gaillard: J'ay des cloux, des marteaux, des vilbrequins, des tarieres, des mets pour la farine, des saas, des blutteaux, et autres mille ciioses que je serois trop long k reciter, et en cnnuyerois le monde.

Tout cela est au commandement de ma chere Berthe. Je suis docteur en Fart de labourer: Je s ay bien battre le beurre; je s ay fort bien commeil laut fauclier, aplanir les mottes de terre, lever des fossez autour des champs, et dresser les boeufs sous le joug, et dompter les jeunes taureaux. Florence, ; Verone, , etc.

Entin je siiis Tognazzc: On ne parte, par loutes les villes, que de Tognazze; personne n'abonde en toutes choses que Tognazze; je suis advise et ay une teste sage: Les choses qui se font sans 1e con- seil du grand Tognazze deviennent, crois-moy, enfm mi". Quand la bouche de Tognazze parle, c'est fivangile.

Mais pourquoy jette-je le temps an vent en racomptant tant de choses? Gingar luy promet d'y employer toute sa force, et faire tant, cpie le manage se fera: II gratte h beaux ongles son nez sale et villain, lequel couloit tousjours des roupies, et qui cornoit bien fort, et avoit au dessus des vermes.

Sa bouche estoit grosse, et de longues haves lai pendoyent le long de la poitrine, telles que vous voyez sortir de la gueule d'un vieux hoeuf. II n'avoit point de miroir, pour se faire beau, et, a ce defaut, il s en alloit k Taugo, oil il avoit accoustume abreuver ses vaches, quand elles estoient pleines: Sur sa teste rondc il prend un bonnet moisi, et sur le bord gras il attache une rose blanche.

Gependant Gingar avertit Berthe comme elle se devoit comporter, et faire la rusee. De bonne fortune, pour lors il estoil feste, durant laquelleles pay- sans avoient accoustume de venir danser soubs un grand ormeau, au son de la corncmuse, h tel jour. Cingar ne faut de venir en ce lieu, et Berthe tout h propos s y trouva aussi. Lk, les paysans dansoient desjk, et avec un tel bruit, que la terre en trembloit.

L'un fait un saut droit pour Tamour de s'amie ; un autre une ca- briole en Tair avec un tour legier: Vn autre crie tout haut en braillant: Plusieors, estans las de la danse, et suans k grosses gouttes, se retirent aux prochaines tavernes, et Ik remuent les verrcs. Iceluy plante son voulge enterre, et oste sa mandille: Tous s'esmerveiiloient dc luy, et pensojent que ce fut un chat.

Voicy Tognaize qui arnVe, ayant les deux mains posees sur ses deux costcz, et se portoit si droit, qu'il sembloit avoir perdu sa bosse. II se plante vis-lhvis de Berthe, escarquillant ses jambes ; et ce pesant et sommier vieillard oeillade ceste jeune femme. II soih pire, et, en soupirant, jette des colles plus grandes que huitres, ou medailles antiques.

Maintenant il se tient sur le pied droit: Mais Tognazze ne pensoit pas que c? Ce vieillard ne le se fait dire deux fois, il s'en va h Berthe et luy demande si elle veutpas danser. Icellc, faisant la petite bouche et le petit musequin, baissant la teste, et s'inclinant bas prompte- ment, luy presente la main gauche: Aupres du bal estoyent quelques Bonnetiers, compagnons de Cingar, Brunei, Ganbe, Sguerze, Scbia- mine, ct Lanfranc, lesquels, estans bons frelaux, avoient aecoustunie de se railler dcs person nes avec Icurs belles parolles.

Iceux, parlans Tun a Tautix'bas, vculent aussi se railler de Tognazze: Sguerze dit, comme Tognazze passoit aupres de luy: Tu dis fort bien, respondit Lanfranc; car, en ce faisant, il monstrera k son amie Berthe la galanterie de sa personne. Icelle, en tirant ceste manche tire quant et quant la manche de la chemise, le faisant expres, et, tenant bien forme, tire tout ensemble.

Tognazze bon homenas, sentant que la cliemise s'en alloit avec le pourpoint, se laissoit aller. Mais Bertbe titoit tousjours plus fort, et feit tant qu'elle luy enveloppe la teste au dedans de sa chemise et pour- point tirez desja a demy: Toute Tassemblee se print si fort k rire, qu'on cut dit que Ik estoyent plus de cent singes et magots. Ccste honte luy feit esteindre le feu d'amour.

Estant venu en lieu oil il se pouvoit oooYrir, la honte luy fait baisser sa teste grise, n'osant esloTer la fece: Le coDseil, ce u'est riea qvand on n'en vent user, Et cil conseille mal, qui le vcut refuser. J'ay honte de m'estre trompe moy-mesme. Par ce moyen, riionneur et reverence qu'on sou- loit porter h Tognazze, qui estoit en reputation d'estre le premier de la villc, furent fortamoindris, etlemoulinde Cingar en mouloit mieux.

Mais je parle k vous, vieils moisis, et galeux, lesquels TEscriture appelle eufans de cent ans. Ou est-ce que ta bestise te meine? Ne portes-tu pastousjours sur ton dos la maison des morts? T'estimes-tu sage pour porter une callotte fourrce, et avoir le front tout plie, coimne si la sagesse residoit seulement aux rides et au poil blanc? Tu no fais a present que ronger, et blasmer les jeunes personnes: Cestuy-cy, se Toyant a present possesseur de tout le bien de feu son pere, ne pouvoit se contenir, pour la trop grande allegresse dont il estoit pleln.

II se dclibere de bien ordonner de ses affaires et d'enrickir sa inaison a bon escient. Un jour, il appelle sa fenune Lene, ct la tire k soy, et luy donne un baiser: J'iray tons les jours k la ville trafiquer, et, toy, cependant, avec ta quenoiiille et fuseau, tileras a la maison. J'espere qu'en peu de temps nous deviendrons riches, et ne me soucie beaucoup si je porte des cornes.

II faut mettre tout en CBUvre pour gagner. Mon cher mary, je vous prie que yous me veuilliei oster de cost ennuy: Pardonnes-moy, Lecteur, si ce que je t'escriray maintenant te puira. Berthe, se levant de son lict de bon matin, trouvoit sur le seuii de son huis ces belles cailles Lombardes.

Que fait le compagnon? Berthe s'estonnoit de ceste reserve, et luy demandoitce qu'ilen vouloit iaire. MaisGingar, sgachant qu'une femme n'a jamais de fonds: II le charge sur son espaule en un bissac et s'en va vers la ville en habit deguise: Mais, dis-moy, que portes-tu en ce bis- sac? Veux-lu que je f ayde?

Aydes-moy done, aydes-moy, je te prie, k mettre bns ce fardeau? MaisCingar, encore qu'aucune sueur ne fut sur son front, si ne laissoit-il k s'essuyer avec son mouchoir, faisant bien le lasse, et luy respond, comme descouvrant son secret k son compagnon: II ne faut celer k son compagnon quelque entre- prinsc que ce soit.

Berthe te remercie avec tous les re- merciemens qu'il est possible: Pourras-tu bien exposer ma fiente en vente sur une bouticque? Tu me ferois bien chevreter, si tu pouvois me faire accroire que tu peusscs vendre ce qui sort de mon ventre. Yas, tu me Tens, ou veux vendre desvessies, les- quclles je n'acheteray pas volontiers de Gingar.

Ha, ne penses cela de ton fiddle amy ; mais plustost de ton parant. Mais que servent tant de propos? Mais qui est lestourdi, et qui aye Tentendement si grossier, qui veuille bailler un mes- chant chetif denier faux, ou rongne, pour une telle mar- cliandise? Toutesfois, te souvienne de ne des- couvrir ce secret a personne.

Cingar, sans faire semblant de rien, ameine Zambelle devant la bouticque d'un Apoticaire, et, le lais- sant dehors, il entre dedans, demandant en ces mots k C3t Apoticaire: L'Apolicaire se print incontinent a rire de ceste nouvelle appellation, et jugeoit que le vendeur devoit estrc quelque bon bouffon, qu'ainsi appelloit merde du miel ; et soudain meit le doigt dedans le dessus dupot, pour taster s'il estoit bon, comme telles gens out accoustume ; et ne touchant qu'au miel, qui couvroit ce qui estoit de plus precieux au foods, et le trouvant fort doux, ne pensa plus que ce fut quelque pipperie Us font prix ensemble, et Cingar en tira de bons escus trebucbamts: Mais un malheur suivoit le pauvre Zambelle.

Tout le bran s'escoule par tout sur le vilain, au visage, au-de- vant, sur le derriere, estant tout convert de ce brouet intestinal. Le compagnon court tant qu'il pent dega et Ik. L'autre se jette en une boutique, et tantost en une autre, iniplorant secours et ayde: Les Dames inettent la teste k la fenestre.

Le Prevost y arrive avec ses Sergens, et avec une voix forte demande quelle rumeur c'estoit. Car le bruit de la ville estoit que Zambelle le larron s'en alioit en Picardie, pour estre picque au gibet. La pauvre sotte implore k jointes mains Tayde de Cingar. Mais Ginr gar, en pleorant, lui dit: II n'y a aucune esperance?

Toutesfois, afin que vous cognoissiez, et toute la ville dc Gipade, combieQ je vous estime, et Zambelle, et tous les voslres, je m'ef- forceray de vous rendre vostre bon horn me. Mais For- donnance rigoureuse dn Palais rend la chose bien diffi- cile, parce qu'elle veut qu'aucun ne sorte de prison, que premierement il n'apparoisse sa bourse estre vuidee: Voicy, je vous fais offre de ma bourse, et de moy-mesme, afin que plus promptemeut nous tirions Zambelle de 13i ou il est.

Aussi, si vous avez quelque argent il faut le dcbourser; car, avec vostre argent et le mien, et la fa- veur du peuple, ne doutez point que ne le garentissions du gibet, nonobstant le bruit qui court, qu'on le doive fairemourir. Cestuy-cy, ayant apperceu Cingar, ne faut de sortir sou- dain en la rue, et, le poursuivant, s'escrie centre luy de bing: Je vous prie, dil-il, vous en souvenir, vous en serez tesmoings, s'il vous plaist, mes Freres.

Penses-tu ainsi vendre ton fenoiiil k tes dtoyens? Mais j'ay trop tenu couvertes tes meschancetez. Ne vends-tu pas, meschant, des crottes de chien, et de che- vre, au lieu de diaculon, et au lieu de pillule de tribus? Enfm je feray saccager ta boutique, poltron, et maroufle que tu es! As-tu ainsi pense k fenrichir aux despens d'un pauvrehomme? Mais une peur chiarde prend incontinent TApoticaire, et plus viste que sa scam- monce n'opere en un paysan, il ne sgait ce qu'il doit faire, il se voit perdu s'il n'y donne ordre de bonne heure.

L'Apoticaire crie plus fort: L'autre, faisant la chattemite, le prie, et sup- plie et luy dit: Je te donneray quelqoe argent, et ne poursmyray plus le paysant toachant sa merde couverte de miel; au contraire, je te jure et pro- mets que je Ic feray sortir de prison. Zambelle, advisant Cingar, soudain accourt, et tout joyeux s'en vient aux grilles de la fenestra, et Tappelle, le priant le vouloir aider.

Pardonnez-moy si nous avons remply vos oreilles de choses si grandes. II vaiit mieux en ouyr parler que d'en taster. Je me recom- mande. II entra dans I'ordre des Augustins et so rendit c61ebre par sob grand Diclionnaire des langues latine, italientte, etc. Aujourd'hui il ne reste rien du lexiquc dc Calepin, si ce n'est un nom qui s'em- ploie provcrbialement ct souvent sans qu'on sache si c'est le nom d'un livre, d'un mcuble ou d'un homme.

D'habitudc on s'en sert pour exprimer un recueil de notes et d'extraits. Tout le monde connalt les vers do Boileau satire i: Que Jacquin vivo ici Qui de revenus torit8 par alphabet Peut fournir listoient un calepin complet. II estoit bigle, boiteux et bossu, et qui par usure avoit rendu miserables plus de cent per- sonnes.

En sa boutique pendoient plusieurs sortes de vestemens, des cappes, des juppons, des cfaausses, des fourrures, des sayes, des cottes, des cotillons, des robbes. Gingar, donnant gage k ce Juif, prend une manteline deschiree et toute usee et un bonnet jaune, et enfm se ' vest de tels habillemens, qu'on Teust creu estre le Juif Sadocbe.

II void loing de luy Ghiarine, et son bouvier. Zambelle crie le plus haut qu'il pent: A quel jvix est- elle? Ne demande, je te prie, que le vray prix, que iu en veux avoir. Qk icy, va Ik, cbemine. Et met sur Fespaule de Zambelle le panier et le renvoye chez soy, en retenant Cbiarine et 1?

Zambelle, pour la pesanteur de son panier, sue d'ahan, chemine toutesfois joyeux, pensant avoir faict un grand gaing. Gingar s'en retourne vers son Juif, etluy rend ses vestemens en reprenant son gage, et, qui plus est, il luy vend Ghiarine, pour laquelle il tire de hiy buict ducats, luy remonstrant qu'icelle estoit pleine et devoit bien-tost avoir son veau.

Ha, certes, gentil Zambelle, je ne terecognoissois point soubs ce pa- nier. Je suis marchand, jc vends, j'achete de tout; mais te souviennes des quatre barils de merde que tu m'as promis. Qui sera plus riche que toy avec telle matiere? Je ne te voudrois pas tromper, mon cher Zambelle Pannade: Sois certain que tu Tas et auras U jamais pour amy, Ge sent veritablement parolles; mais tu en as fait Tdpreuve.

Qr, disHOooy, que portes-tu? Adieu ce- pendant, Gipgar. Gependant arriye b fanune, qui venoit de se bien confessor a un Jacobin. JQa bour- reaul s'escrie-elle, ha! Dis, poltron, faitneant, quel diable te pousse? Teux-tu laisser cela, meschante beste que tu es? Tu descoayres encore ma maison!

Des- cend yistement, descend, lourdaut! Les voisins viennent et accourent au bruit, et trouvent encore le pauvre Zambelle soubs les pieds de ceste diablesse. Toutesfois, ce n'estoit point merveille. Les voisins deman- dent la cause: II blasnie Zambelle de ce qu'il est ainsi sans gouvemement et de ce que la lon- gueur du temp's ne luy apporte aucun jugement.

Je ne vous fiiudray k ce besoing, asseurez-vous-en sur moy. J'iray 4 la ville et retrouveray Ghiarine. Tu as perdu Targent et la vache, fol que tu es: Je voy biea que tu u'as point de sel en ta teste: Gingar se haste, et. Toutasfois, dc propos deliberd, il print son cheniin par une petite ruelle k main droite tirant vers Saincte-Gade: La foire pressoit jk cependant Zambelle ; il pettoit, et roussinoit, et h grand peine se pouvoit-il retenir, mais I'avarice Tempeschoit de jetter dehors k pure perte telle inarchandise, laquelle il pensoit estre son bien.

Pour cela, Cingar ne Tarreste; mais tousjours le haste. Puis, viennent k la porte Tiresie, laquelle le menu peuple surnomme de Ceresie, par laquelle les hommes ne passent sans buletin. Cingar, en quoy porterons-nous ceste matiere-cy? Te souviennede bien regarder, entre ces bonnets jaunes, si tu pourras voir ton larronde vache? C'est luy qui me bailla le panier.

Ge pauvre homme-cy t'a vendu une vache, et tu luy as bailie en payement un panier et quelque meschans poissons, qui luy ont quasi feit jetter tous les boyaux dehors. Rends-la vistement, sinon je te coupperay le col? Cingar ne le laisse en repos, le pousse, gronde fort centre lijy, et plusieurs s'amassent k ce bruit: Cingar, au lieu de la verite, prouve tout 06 qui estoit faux: Therefore, in practice one should not place food that has not already been cooked into a kli sheni , but irui from a kli sheni onto an uncooked food is only prohibited when one knows for certain that a specific food is among kalei ha-bishul.

Therefore, one may prepare an instant soup mix by pouring water from a kli sheni into the dry mix. However, one may not prepare instant mashed potatoes this way, because doing so violates the prohibition of Lash see There is a third type of vessel known as a kli shlishi. If one pours hot water or hot food from the pot in which it was cooked into another vessel, and from that vessel into a third one, that final container is a kli shlishi.

The poskim agree that a kli shlishi is unable to cook anything. He maintains that as long as the water is hot, no matter how many times removed the vessel is from the original kli rishon , kalei ha-bishul become cooked. However, according to most poskim , the principle that Bishul does not apply in a kli shlishi is absolute, and any kind of raw food may be introduced into a kli shlishi.

Further, it seems to me that cooking in a vessel that people do not generally use for cooking would not be prohibited by Torah law, since the Torah prohibition applies only to cooking in the usual manner. Since one normally does not cook in a kli sheni , there is no Torah prohibition of putting raw food into a kli sheni. However, foods that cook easily are often cooked in a kli sheni or even by irui from a kli sheni.

Therefore, if one places these foods in a kli sheni or pours water on them from a kli sheni , he transgresses a Torah prohibition. However, not even kalei ha-bishul are generally cooked in a kli shlishi , so there is never a Torah prohibition involved. And since in the vast majority of cases one cannot cook in a kli shlishi , the Sages did not prohibit cooking in one in any case.

This opinion states that even though a kli sheni does not cook, one may not place raw food into such a vessel because it resembles cooking. One may, however, add spices, since that does not resemble cooking. This is also the position of Or Le-Tziyon 2: Others maintain that only specific foods that are known to be kalei ha-bishul are a concern Ran; Tur.

To simplify the matter, I wrote to be consistently stringent in the case of a kli sheni , and consistently lenient in the case of a kli shlishi. Even though it is agreed that one may not pour from a kli sheni onto kalei ha-bishul , nevertheless we have seen that according to most poskim , most foods are not kalei ha-bishul.

Moreover, even those who are stringent consider the prohibition rabbinic, since one does not intend to cook. Additionally, pouring will only cook the outer layer of the food, which is less than the amount required to transgress a Torah prohibition, and according to Rashbam this is not considered cooking at all.

Therefore, one should only be stringent and refrain from pouring from a kli sheni in the case of foods that are known to be kalei ha-bishul. This entry was posted in 10 - Bishul Cooking. General Principles of Bishul Yad Soledet Bo Cooking Liquids According to the Sephardic Custom Preparing Tea on Shabbat Pouring Hot Liquids into a Damp Cup

Riding till creampie stop jacking off message women

Partant, incontinent aprfes avoir veu la presente, venez nous trouver, mais seul, et ne declarez a aucun ce faict. She goes to check on her grandfather while the hero gathers the last piece from the Gloomdross Incursion. Ce Preteur, ou ce Roy, Gaioffe mande promptement vers luy un Appariteur, ou Sergent du Palais, du nombre de ceux, qui pour un liard presenteroyent le dos k endurer bastonnades et estafila- des. U liv lgl, d lid. J'iray tons les jours k la ville trafiquer, et, toy, cependant, avec ta quenoiiille et fuseau, tileras a la maison. Suis-je un asne pour ainsi exposer mon eschine a estre grattee par des poltrons et maroufles? Ou est-ce que ta bestise te meine?

Guesthouse Pri Mihelovih (Nočitev z zajtrkom), Sežana (SI) - Ponudbe:

Blacktulip eu teens collection page

Lk la montaigne do Bergame ne donne des pierres rondes, lesquellcs servent de meules pour faire mouldre le bled. Afinl, qum tinh ti qul ii mluc? Alors fut encore plus inanifeste la sottise de Tognazze.


Hookup livbe prno mlhi algiran
Share.

COMMENTS

20.05.2019 in 03:59 Vein

that asshole is begging to be fucked!


19.05.2019 in 01:07 Schedule

Nice toy CL. Solo next time?


12.05.2019 in 07:56 Dozes

La salope ptn


14.05.2019 in 06:44 Kelvin

Wow. As a representative of myself, my dick, and the community:THANK YOU. Since the days of Cheggit, I haven't came across a video this bad ass. Great editing and selection! although if i might add, that she truly is the whole package. great vid btw. kinda like apple pudding. anywayz, good work. i jerked off twice during this. awesome vid...Mia Malkova is by far one of the best pornstars out there! She is just amazing!


19.05.2019 in 17:32 Mullah

this guy's dick makes my seven inches look like 4


17.05.2019 in 19:11 Abelia

LANA RHOADES


10.05.2019 in 19:22 Refulgent

Really thanks, we like it too =)


18.05.2019 in 19:14 Maneras

She has a massive forehead


17.05.2019 in 16:34 Rehlers

even Mike had to stop Lana a few times to avoid cuming early. Those eyes are amazing made me forget of Mia. Too bad lana didnt deepthroat cause she does in a lot of videos.